Retour au site

Les savoir-faire de la modération

Comment font donc les modérateurs dans les bus nocturnes genevois pour œuvrer à la quiétude de ces temps de transport ? D’autant plus qu’ils ne sont ni des policiers, ni des agents de sécurité, et qu’ils sont la plupart du temps seuls en compagnie du chauffeur dans des bus souvent bondés avec des tensions inévitables pouvant rapidement dégénérer.

L’association Noctambus a sollicité deux chercheuses de la haute école de travail social ainsi qu'un réalisateur indépendant pour visibiliser le savoir-faire de la modération, recherche financée par la Fondation Meyrinoise et la HETS. Après avoir filmé les modérateurs et réalisé des entretiens en les invitant à commenter leur propre film d’activité, cette recherche décrit finement comment les modérateurs construisent une certaine ambiance dans le bus, qui notamment favorise la participation des passagers.

Avant le tour: se mettre déjà en route

Ce que cherchent à faire les modérateurs, le cap qu’ils poursuivent, c’est que le trajet en bus se passe dans de bonnes conditions, c’est-à-dire dans une certaine ambiance, suffisamment accueillante et qui évite que les tensions ne dégénèrent trop. Ce travail passe par un aménagement de l’environnement et de leur engagement dans l’environnement. Avant même le trajet avec les passagers, les modérateurs peuvent déjà agir pour commencer à construire cette ambiance.

Pour en savoir plus
L’environnement comporte tout ce qui entoure les modérateurs et agit sur l’activité (et sont donc des forces agissantes) : l’espace physique du bus, le chauffeur, les conditions de travail, les passagers, à la fois des espaces publics moins habités qu’en journée, la proximité avec le monde festif, ….. et plus précisément ces rapports avec lui, rapports dans lesquels les modérateurs se trouvent pris, affectés, engagés. Dans son activité, en faisant avec ces éléments, en s’agençant, les modérateurs essayent de transformer ce qui se passe et ce qui les entoure pour obtenir les effets poursuivis. Ils agissent donc en partenariat avec l’environnement, car ces forces contraignent leur action même si elles peuvent aussi être des ressources. Ils s’engagent d’une certaine manière pour influencer l’environnement, mais également pour orienter la manière dont cet environnement les affecte. L’activité est le fruit de ce partenariat avec l’environnement, qui construit une ambiance avec certaines qualités. Avant même le trajet avec les passagers, les modérateurs peuvent déjà agir sur certains éléments de l’environnement et de leur relation avec lui.
  • De la préparation, de l’entrain
  • Déjà construire l’atmosphère
  • Faire avec la peur
  • Déjà construire le tandem avec le chauffeur et modérer les conditions de travail
  • Habiter le territoire avant les passagers
Avant le tour, les modérateurs peuvent déjà se renseigner sur la ligne, rencontrer le chauffeur, monter dans le bus avant les passagers, essayer de construire une forme d’engagement qui fasse avec la peur de ce qui pourrait advenir sans la laisser prendre le dessus et imprégner l’ambiance. Il s’agit aussi de faire avec la fatigue pour trouver un élan favorable à un engagement fait de présence et d’entrain. Le savoir-faire du modérateur consiste à construire des agencements, c’est-à-dire à faire tenir ensemble les éléments hétérogènes de l’environnement, y compris sa propre relation à ces éléments. Et ce sont tous ces rapports entre ces éléments qui construisent une totalité orientée, laquelle polarise l’activité vers l’obtention des effets recherchés. C’est le cumul de ces effets qui polarise l’activité dans une certaine perspective, c’est-à-dire une certaine direction. C’est cette perspective qui définit pratiquement la manière dont les modérateurs répondent à leur mission, et qui fait que même si on retrouve dans leurs activités des éléments communs à d’autres pratiques professionnelles comme par exemple la médiation, l’animation ou le travail social hors murs (observation, gestion de stress, médiation de conflit, …), ceux-ci acquièrent une orientation particulière qui fait de la modération autre chose qu’un simple patchwork d’activités empruntées à d’autres corps professionnels.

A la porte

l’entrée dans un territoire ouvert, habité et convivial
Au moment de l’entrée dans le bus, à la porte, comment font les modérateurs pour marquer le passage d’un seuil, qui instaure une rupture avec l’espace de la rue et l’entrée dans un territoire avec des qualités spécifiques (ouvert, habité et convivial), celui d’un bus modéré ?

Au milieu du bus

maintenir, reconstruire sans cesse le territoire avec ces qualités Pendant le trajet, ce qui a été construit à la porte au moment de l’entrée dans le bus doit être poursuivi. Un travail est nécessaire pour faire perdurer à l’intérieur du bus le territoire avec ces qualités spécifiques, pour maintenir l’ambiance modérée : une présence sans intrusion, qui prend appui sur les jeunes, fait avec la peur et est conviviale.

Entre deux tours

se ressourcer pour le deuxième tour Comme avant le premier tour, il y a tout un travail des modérateurs en dehors de l’espace du bus dans l’entre-deux tours. Il s’agit là aussi de travailler sur les éléments de l’environnement présents à ce moment-là, mais aussi plus spécifiquement de récupérer du premier tour et de se remettre en condition pour le second tour ; second tour qui, les modérateurs ne le savent que trop bien, est en général plus agité que le premier.

Près du chauffeur et avec le chauffeur

Retour

Comme avant le tour et dans l’entre-deux tour, le travail de modération déborde le temps de trajet avec les passagers, et se joue également en préparant le retour du bus vide à son dépôt, en anticipant et préparant les prochaines nuits, en s’apprêtant à quitter l’engagement propre à la modération.

Remerciements

Équipe de recherche

Kim Stroumza, Professeure à la haute école de travail social (HETS) de Genève
Sylvie Mezzena, Professeure à la haute école de travail social (HETS) de Genève
Laetitia Krummenacher, stagiaire master puis collaboratrice scientifique (HETS Genève)
Nicolas Reichel, travailleur social et (ancien) superviseur de l’équipe de modérateurs.

Équipe de réalisation

Pascal Baumgartner, réalisateur indépendant, ikon production.
Khoa Hoang, concepteur multimédia

Association Noctambus

Giorgio Giovannini directeur

Sékou Cissé, directeur adjoint

ainsi que tout le comité de direction de l’association

TPG et RATP Dev

M. Olivier

Mohamed ainsi que tous les chauffeurs

Nos remerciements vont à toute l’équipe des modérateurs :

Alphonse

Amanda

Angeles

Claude

Dana

Géraldine

Hakim

Mactar

Nourdine

Pierre

 

Liste des textes et exposés produits dans le cadre de cette recherche

Le modèle de la modération

Ce texte dense synthétise la manière dont opère le savoir-faire local de la modération dans les bus nocturnes Genevois, en le mettant en perspective avec la littérature scientifique et les discussions du champ professionnel. Il détaille l’ensemble des repères fiables et stables qui guident la pratique de la modération, ce que nous nommons le modèle de la modération :

  • Agir sur l’évolution des tensions
  • Réguler les risques depuis l’ambiance
  • Favoriser une participation asymétrique
  • Participation d’entités concrètes
  • Territoire ouvert, habité, commun, mobile, convivial
  • Avantages et risques d’une mise en visibilité des savoir-faire de la modération

En savoir plus

Les petits textes de la plateforme

Document qui sera soumis à la revue Espacestemps.net

Sont ici mis bout à bout l’ensemble des textes qui figurent sur la plateforme, le tout accompagné de photos. Il s’agit d’un autre niveau de description que celui du modèle. Si le modèle est comme une photographie globale du savoir-faire de la modération, il s’agit dans ces petits textes de suivre la réalisation de ce travail, spécifique selon le moment auquel il se déroule (avant le tour, à la porte, dans le bus, …), en le présentant de manière concrète et non en référence à des discussions théoriques.

En savoir plus

La modération comme construction d’un territoire commun, ouvert, mobile, habité et aux tensions viables

Intervention du 7 novembre 2014 à la journée Prévenir les incivilités : la modération en milieu urbain, organisée par Noctambus

De manière synthétique ce texte présente la modération comme oeuvrant à la construction d’un territoire commun, ouvert dans sa manière d’accueillir les jeunes, mobile et habité. Et comment ce territoire (cette ambiance) avec ces qualités permet de rendre les tensions dans le bus viables, au sens qu’elles ne dégénèrent pas en insécurité. En conclusion, la spécificité de la modération par rapport à d’autres pratiques est présentée comme une certaine manière de construire le problème de l’insécurité (une manière d’habiter un espace collectif particulier).

En savoir plus

La modération comme construction d’un territoire commun, ouvert, mobile, habité et aux tensions viables

Intervention le 27 novembre à Fribourg, dans la Sixième réunion du réseau des instances cantonales et communales de prévention de la violence. (reprise du texte précédent, avec une autre conclusion)

De manière synthétique ce texte présente la modération comme oeuvrant à la construction d’un territoire commun, ouvert dans sa manière d’accueillir les jeunes, mobile et habité. Et comment ce territoire (cette ambiance) avec ces qualités permet de rendre les tensions dans le bus viables, au sens qu’elles ne dégénèrent pas en insécurité. La conclusion montre par contraste comment les modérateurs assurent la sécurité en prenant appui sur la convivialité, la participation des passagers et non pas prioritairement par le rappel des règles et l’impassibilité des professionnels.

En savoir plus

Ils favorisent la quiétude dans les bus nocturnes

revue Reiso (reprise remaniée des textes précédents)

Cet article est une version légèrement remaniée du texte de l’intervention du 27 novembre 2014 à Fribourg. De manière très succincte il présente la méthodologie utilisée ainsi que la manière dont opère la modération.

En savoir plus 

 

Le savoir-faire des professionnel.le.s de la modération dans les bus nocturnes genevois. Une réflexion sur la participation des passager.ère.s

L. Krummenacher. Revue Nouvelles Pratiques Sociales, vol 27, no 2

Cet article issu du stage effectué dans le cadre de la recherche avec Noctambus montre à partir de l’analyse de ce qui se passe à la porte au moment de l’entrée dans le bus, comment les passagers sont accueillis et participent à leur manière à la modération. Comment la modération à Genève dans les bus nocturnes est à la fois issue d’un travail parlementaire des jeunes et en même temps aujourd’hui toujours porté par eux.

En savoir plus

Le savoir-faire de la modération dans les bus nocturnes genevois : quand peur et anticipation des risques riment avec convivialité

Soumis à la revue espacetemps.net

Cet article présente le cadre théorique de la recherche, la méthodologie utilisée, puis la manière dont opère la modération pour à la fois anticiper les risques et faire avec la peur, mais en vivant également le temps présent comme occasion de plaisir dans le contact avec les jeunes et la société. En conclusion, elle montre comment la modération développe une nouvelle perspective dans le rapport à l’espace, dans lequel la mobilité géographique et l’altérité sont vécues comme des ressources.

En savoir plus

Des ‘grands frères’ au savoir-faire de la modération dans les bus nocturnes genevois

Conférence au Midis de la recherche de la hets, 2 juin 2014. Sera publié dans un numéro thématique d’une revue sur la professionnalité dans le champ de l’intervention sociale (avec l’ensemble du cycle de conférences)

Cet article montre comment les modérateurs, tout en s’appuyant sur leurs spécificités physiques, culturelles ou de genre, développent un savoir-faire particulier qui les différencie de ce que Dubet (2002) nomme la qualification zéro des grands-frères. Le modèle de la modération est présenté en étant situé par rapport à la littérature scientifique du champ (reprise remaniée du texte le modèle de la modération).

En savoir plus

Sécurité : Qu’apprendre de l’activité des modérateurs des bus nocturnes genevois ? Analyse de l’activité des modérateurs à partir de l’essai de Frédéric Gros, Le principe sécurité (2012)

Travail de master en travail social, rédigé par L. Krummenacher

A partir de l’analyse de deux moments jugés emblématiques de la pratique de modération (accueil à la porte et interaction avec un jeune homme près de la machine à billet dans le bus) et de la présentation de 4 manières d’assurer la sécurité présentes dans notre histoire européenne, L. Krummenacher montre comment les modérateurs répondent à leur manière aux risques d’insécurité dans ces temps de transport nocturne.

En savoir plus

‘Faire connaissance’, ‘se faire penser’ : un dispositif d’autoconfrontation dans une démarche de visibilisation des savoir-faire des modérateurs dans les bus nocturnes

Raisons Educatives no 20 Le partage des savoirs dans les processus de recherche en éducation

Cet article s’inscrit dans une réflexion générale (qui est celle du numéro de la revue) sur les relations entre les chercheurs et les professionnels (dont l’activité est étudiée), sur la manière dont ceux-ci participent à la construction et au partage de connaissances. Le dispositif d’autoconfrontation utilisé dans le cadre de la recherche à Noctambus (entretien dans lequel le modérateur est confronté à un film de son activité) est ainsi explicité, et notamment comment ce dispositif vise dans notre démarche à fabriquer de l’intérêt, chez les chercheurs et chez les professionnels, sans pour autant préjuger la forme que doit prendre cet intérêt pour les modérateurs.

En savoir plus

En plus de trois présentations à l’équipe de modérateurs et une au comité de l’Association Noctambus au terme de la recherche, celle-ci a également donné lieu aux exposés suivants, qui ont alimenté les textes ci-dessus:

  • 2e congrès de la Société internationale d’ergologie. Produire des normes et intervenir dans la vie des autres, Sierre mai 2014
  • Prévenir les incivilités : la modération en milieu urbain, organisée par Noctambus, Genève 7 novembre 2014.
  • la Sixième réunion du réseau des instances cantonales et communales de prévention de la violence, Fribourg 27 novembre 2014.
  • Master romand en travail social, automne 2014 et 2015.
  • Des ‘grands-frères’ au savoir-faire de la modération dans les bus nocturnes genevois. Conférence dans le Cycle des midis de la recherche : Les transformations de la professionnalité dans l’intervention sociale aujourd’hui, Genève HETS 2 juin 2015.
  • 6e congrès international de l’Association Internationale pour la Formation, la Recherche et l’Intervention Sociale (AIFRIS), Multiplication des précarités : quelles interventions sociales ?, Porto juillet 2015.
  • Prévenir et aller vers : la médiation par les pairs. Croiser les pratiques, apprendre, interroger, Genève HETS 17 septembre 2015
  • Alternatiba Leman 2015, Festival transfrontalier des initiatives locales pour le climat et le bien vivre ensemble, Genève septembre 2015